Une Hohe Messe à Amsterdam avec Philippe Herreweghe

20171222 215928

Très belle performance par le dirigeant belge Philippe Herreweghe et son coeur Collegium Vocale dans le Hohe Messe de JS Bach au Concertgebouw de Amsterdam.

Ce qui me frappe à chaque fois, lorsque je vais voir et écouter un concert, et encore récemment lors de la performance de Ein deutsches Requiem de Brahms à Leuven, c'est à quel point la demande d'un grave très énergique dans un système d'écoute est arrivée à un niveau qui n'a plus rien à voir avec le réel.

Lors d'une performance en 'live', je n'entends pas du tout ce grave qui semble prendre le dessus sur tout, je n'ai pas le sentiment que mon oreille se trouve à côté de la contrebasse ou que les notes plus graves du tuba m'arrivent aussi fort que le reste du spectre musical.  En réalité, tout cela est présent d'une façon beaucoup plus subtile et équilibrée, comme il se doit.

A qui la faute de ce déséquilibre? L'influence toujours grandissante des demandes liées à la musique moderne sur la musique classique? La génération MP3, l'acoustique, les mauvaises prises de son? Les sociétés de production qui, lors du mixage, pensent devoir remettre une couche dans le grave? Ou simplement parce que la grande majorité des systèmes de reproduction ne sont pas capables - en raison de la technologie utilisée - de reproduire un équilibre réaliste?

La réponse n'est pas si importante. Par contre, il importe que chaque mélomane prenne le temps d'aller écouter de temps à autre une performance en réel pour (re)calibrer son ouïe.  Votre audition y gagnera beacoup, tout comme les artistes!